La récré de Sylvie

15 juin 2016

Pour contrer la grisaille....

... rien ne vaut la couleur !

Tout à commencé par un petit essai avec des pastels et, sur une idée de Gadouille, de la chambre à air. Cela a donné une bague rouge comme un coquelicot  avec un aspect émaillé, elle m'a plu alors j'ai essayé une couleur puis une autre, résultat, une petite série.

20160610_144429

J'ai tellement aimé que j'ai continué avec des ronds et encore des ronds colorés : de quoi faire un grand collier.

20160610_145231

Avec les restes de la production

20160610_144825

Pour varier un peu, des ronds et des coquelicots

20160610_144648

 

Pendant qu'il pleuvait au nord, je suis descendue dans le sud, au bord de la mer, au pays des moustiques, des flamands roses et des... oui, je sais, la photo, est un peu floue, c'est le soleil que voulez vous !

20160610_144530

 

Pour le bouquet final, deux colliers longs

20160615_120557

20160615_120659

Si cela vous rappelle le travail de certaines artistes, c'est entièrement voulu, sinon, c'est entièrement raté !

 

 

Posté par jpsb à 18:12 - Commentaires [8] - Permalien [#]


03 avril 2016

Cerisiers roses et pommiers blancs....

.... c'est sans doute le printemps qui veut ça, je viens d'entrer dans ma période japonaiseries. A une exception près, cette série de pendentifs est réalisée avec des transferts. Pour les deux premiers, transferts à cru sur pâte Kato, à partir de photocopies en noir et blanc. Avant cuisson sur un rond de carton, j'ai colorisé les images et les ai recouvertes de pâte transparente. Au final, ça brille et ce n'est pas facile à prendre en photo.

Un premier essai sur un fond en restes de bois flotté

P5

 

Deuxième tentative avec du faux os

P6

Les pendentifs suivants ont tous été résinés après cuisson finale. Je n'aime pas trop manipuler la résine, avec moi, il ya toujours une goutte qui tombe là où il ne faut pas et il y a des bavures. Après séchage, les bords n'étaient pas nets et ça gâchait le travail, alors, foutu pour foutu, je me suis décidée à poncer, d'abord avec du 500, 600 puis des micro mesh jusqu'à 6000. Je trouve que ça a très bien marché avec les formes rectangulaires, avec les cercles, c'est plus délicat et le travail est moins net mais tout de même présentable

D'abord, la seule réalisation qui n'a pas été faite avec un transfert mais avec une texture sur pâte nacrée, coloriée aux pastels et ensuite aplanie

P8

Les suivants ont tous été réalisés avec du papier transfert pour T shirt 

P3

Ici pas de cerisier ni de pommier mais un prunier en fleur

P1

Une geisha en pleine séance de maquillage

P2

Et pour finir, deux pour le prix d'une !

P4

Posté par jpsb à 15:36 - Commentaires [5] - Permalien [#]

07 mars 2016

Légers, vite réalisés...

... et agréables à porter, ils sont d'inspiration "La Sagrada" avec un zeste de "Maniguette". Voici donc trois nouveaux colliers pas spécialement africains. Oui, j'aime bien changer de style et essayer de nouvelles choses.

Le premier réalisé a pris un petit coup de chaud mais je trouve que cela améliore la couleur en l'assourdissant

Lentille craquelé jaune

 

Le second est plus clinquant avec  pourtant exactement le même dégradé

Lentilles signes jaune

 

Un dernier essai : changement de couleurs, pour voir. Bof !

Lentille craquelé gris

 

 

Posté par jpsb à 10:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 février 2016

Retour en Afrique...

... avec deux colliers fortement inspirés du travail de Karine Barrera que j'aime beaucoup. Les médaillons sont réalisés avec de vieilles, voire très vieilles, canes : environ 7 ans pour le petit guerrier et il m'en reste encore !

Ce travail n'a été possible que grâce à l'acquisition de la trancheuse de Lucy. Avec elle, les tranches sont de même épaisseur, il n'y a pas à beaucoup à lisser et les vieilles canes sèches ne craquellent pas. pour les cornes, j'ai fait encore un moule droit avec lequel je réalise un coeur en ultra légère, courbé, cuit puis recouvert par la suite. Le fil ne traverse pas cette perle d'un bout à l'autre, il est collé dans un petit trou à un bout et comme on le voit, un anneau porte la chaîne de fermeture.

Voici donc le premier collier avec les petits guerriers inspirés à l'époque par une cane de Chifonie.

guerrier

Un petit troupeau de chèvres pour le second. Là, j'ai joué avec différentes pâtes car la cane est en Kato qui ne va pas forcément bien avec l'ultra légère de Sculpey : en raison de la différence de température de cuisson, ça peut craquer ! Le reste du collier est donc en Fimo, il a juste fallu faire des cuissons distinctes.

chèvre

Posté par jpsb à 10:54 - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 février 2016

Deux versions pour une image...

...  encore des transferts mais la source a changé. Cela fait longtemps que je l'ai récupérée et j'ai oublié les références exactes. il s'agit, je pense, d'une peinture aborigène d'Australie.

Pour le premier collier, j'ai fait quelques perles et récupéré des graines de tamarin que je tiens en réserve. Plus ces graines sont vieilles et sèches, ce qui est le cas ici, plus elles sont difficiles à percer. Un conseil si vous voulez en utiliser, percez-les tout de suite.

trans 2

 

Le deuxième collier est un torque et pour une fois, j'ai tenté l'asymétrie. J'ai utilisé, à ma façon, la recette bois flotté d'Hélène Jean-Claude. Comme j'avais une nouvelle cire à dorer, je n'ai pas pu m'empêcher d'en ajouter de petites touches histoire de l'essayer tout de suite.

sans-titre

Posté par jpsb à 11:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]


27 janvier 2016

Transfert : compte-rendu d'expérience....

... Il existe bien sûr des tas de tutos sur les diverses  méthodes de transfert d'images  mais il m'a été demandé comment j'ai procédé. Je vais donc décrire le plus exactement possible comment je fais.

Il y a deux types de méthodes que j'appelle "à froid" et "à chaud" (on pourrait dire aussi "à cru" et "à cuit" !) c'est cette dernière que j'ai utilisée pour les peintures du Tassili.

Matériel :

- Je n'ai expérimenté qu'avec deux marques de pâte, Kato et Fimo. J'ai travaillé avec du blanc pour l'inspiration africaine mais j'ai aussi parfois choisi du blanc nacré pour d'autres travaux.

- Du papier transfert pour T-shirt et textiles clairs acheté chez Cultura.

 P1273922

- Un tirage à jet d'encre. Attention ! si au final on veut conserver le sens de l'image, il faut la faire pivoter avant l'impression.

 

Réalisation :

Je découpe l'image avec un petit surplus et prépare une fine plaque de pâte, pas plus que l'épaisseur de deux cartes à jouer. Je procède ainsi pour deux raisons : d'une part c'est plus facile à recouper ensuite avec des ciseaux et d'autre part, en maintenant la pâte encore chaude sur une surface incurvée, on peut donner un léger bombé comme sur ce médaillon.

 

P1123898

 

Je taille la pâte avec encore un léger surplus et je la place directement sur la plaque de cuisson (ici une plaque de verre) recouverte de papier cuisson. Je pose dessus l'image face contre pâte et je maroufle bien avec un plioir mais une cuillère peut aussi faire l'affaire. Cette étape est essentielle pour que l'image adhère bien à la pâte et que le transfert soit réussi.

P1263915

P1263914

  

J'installe ainsi plusieurs transferts, je mets dessus une deuxième plaque de verre pour bien garder la pâte à plat. J'enfourne pour 15 à 20 minutes à la température indiquée par le fabriquant.

 P1263917

A la sortie du four, en commençant par un coin, je soulève doucement le papier et normalement l'image apparaît sur la pâte. Avec ce type de transfert ce ne sont pas les pigments qui se déposent sur la pâte mais une fine pellicule coloée qui se détache du papier pour venir adhérer à la pâte.

P1263918

Là, c'est quand c'est réussi. Cependant, il y a parfois des ratés comme le montre, à droite, l'image suivante.

P1263919

Si les bords de la pellicule n'adhèrent pas bien, je passe dessous un peu de polymère liquide, je fais adhérer doucement avec le doigt et je repasse 5 minutes au four sous une plaque de verre. S'il y a quelques manques sur l'image elle même, on peut essayer de masquer avec des pigments et de l'alcool mais il faut avoir la main légère !

Pour la fabrication du bijou, il vaut mieux éviter de faire plus de deux cuissons car à chaque fois, l'image a tendance à s'altérer un peu.

 

Deux mots sur les méthodes "à froid" que j'utilise aussi. Comme le transfert se fait sur pâte crue, on peut plus facilement donner une forme bombée ou courbée. On peut aussi rattraper de petits manques ou  ajouter, ou renforcer une couleur à l'aide de pastels secs 

Il faut au départ une impression toner. 

Avec la pâte Fimo , on pose l'image face contre pâte, on maroufle bien et on laisse en paix pendant une heure ou deux le temps que les pigments se déposent tranquillement sur la pâte. Cela marche particulièrement bien avec le noir et blanc comme pour cette broche en pâte nacrée qui a été ensuite légèrement colorisée.

 Mademoiselle butterfly

Avec la pâte Kato, on pose l'image face contre pâte, on maroufle puis on humidifie légèrement le papier et en frottant doucement avec le doigt, on pèle le papier pour ne garder que les piments déposés sur la pâte. La broche Miro a été faite avec cette technique.

 Attention ! ne pas faire cela avec de la pâte Fimo car alors tout se mélangerait et l'image serait  gâchée.

MIro

Si vous avez des questions n'hésitez pas à les poser, j'y répondrai avec plaisir.

Si vous avez une experience avec d'autres marques de pâtes merci de bien vouloir m'en faire part.

Posté par jpsb à 16:27 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

25 janvier 2016

Un vent venu d'Afrique...

 

... souffle à la récré.

Tout à commencé avec les JAFA et l'atelier de Karine Barrera. Je ne suis arrivée qu'à la fin de cet atelier mais les copines m'ont fait une leçon de rattrapage qui a donné ce premier travail.

P1123901

 

J'aime beaucoup ce type de montage, alors j'ai poursuivi avec cette fois des transferts d'images, une technique que j'apprécie particulièrement. J'ai utilisé comme source les peintures du Tassili.

 

danse

Attention ! le suivant peut tirer de tous les côtés

 

archer 1

 

P1253912

 

Pour finir, j'ai horreur de ce qui est répétitif et je suis incapable de couper quoi que ce soit en parts régulières : il me faut de l'aide. Pour les branches de ces colliers, j'ai donc fait un moule, un seul, droit, car ensuite je courbe la branche comme je veux. L'engin est brut de décoffrage, réalisé avec une pâte maison : silicone salle de bain et fécule de maïs. L'odeur est infecte, on en a plein les doigts mais au final c'est économique et ça marche. A voir, les nombreuses vidéos sur le net.  

 

moule

 

 

Posté par jpsb à 15:46 - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 janvier 2016

Rendez-vous avec...

... les grosses perles !

J'avais déjà fait un essai en juillet avec un collier d'inspiration Akak mais j' avais vite stoppé le patouillage en raison de la chaleur.

Le coeur des perles est en sculpey légère. Je l'ai bien porté car j'aime ses couleurs.

P1123907

 

Les deux suivants sont une retombée directe des "JAFA" avec des canes façon Carole Blackburn et les pastilles de Karine. Les perles sont creuses (bonjour l'enfilage !) et hélas, on a pas encore inventé la pastille creuse alors ils sont tout de même assez lourds. Les énormes  fermoirs ont été achetés en solde , l'an passé, chez Cultura.

PB233892

Le magnifique choix des couleurs de la cane du collier suivant est... un pur hasard. Il est le résultat de la bienveillance et de la générosité  de mes copines de table qui m'ont chacune cèdé un morceau de leur dégradé pour pallier ma défaillance. Je les remecie elles ont toiutes été formidables avec moi.

 

P1123906

 

Pour finir, un dernier collier avec du faux ambre, fausses turquoises et du faux je ne sais quoi,

le tout pour essayer de valoriser un pendentif hérité de ma maman

P1123909

maman. Les perles sont pleines .. et lourdes !

 

Posté par jpsb à 12:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]

12 janvier 2016

Cane ma mie...

... mais oui, j'aime bien les canes ! Ce qui me réjouis le plus, ce sont les canes géométriques et le moment magique, l'effet surprise quand on coupe la première fois et qu'on découvre le motif. Seulement voilà, il y a pour moi un inconvénient : comme ma production est réduite et que j'adore la variété, il me reste toujours des morceaux qui finissent par sécher au fond d'une boîte. De temps en temps, il me prend pourtant une envie de cane... aussi forte qu'une envie de chocolat ! Alors voici le résultat à partir d'un tuto d'Hélène Jean-Claude dont j'apprécie le travail.

 

D'abord avec une dominante bleue avec un motif assez grand

PC073893

 

Puis après une sévère réduction

PC073894

 

Avec plein de motifs et des gabarits façon "Ethiopique"... il ne reste que le montage à faire !

P1123904

 

Même motif, avec des couleurs plus chaudes

PC073896

 

Et puis tous les motifs se mélangent

P1123903

 

Et avec les bouts déformés de la cane, on fait qoi ?

 

On fait ça :  morceaux de cane "queue de lézard"

PC073895

 La même chose en bleu

P1123902

 

Pour terminer, encore un torque , cette fois avec une cane façon Carole Blackburn

PB233890

Posté par jpsb à 18:11 - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 janvier 2016

Pour 2016...

... Peu apprécié dans l'Antiquité et au Moyen Age, il est paraît-il aujourd'hui notre couleur préférée : il a les nuances et la transparence du ciel et de l'eau qui court, la profondeur de l'océan. Symbole d'immatérialité, d'infini, couleur divine, on dit que lorsqu'il teinte l'oeil, il permet de lutter contre le mauvais sort, c'est du moins ce que l'on croit dans une bonne partie du Moyen Orient ...

... et même ailleurs ! 

On dit aussi que plus on y croit, mieux ça marche.

 Voici donc une paire d'yeux bleus tournée vers l'avenir.

 A toutes celles et ceux qui visitent ce blog, je souhaite

 une année 2016 à dominante ... Rose ... avec de petits grains de sel pour en exhausser la saveur.

 

P7231482bis

Graffittis : Syrie, vieille ville de Lattaquié,  23/07/2010

Un  jour, peut-être, un jour viendra où les hommes ne cribleront plus les murs

de balles et y dessineront à nouveau les yeux de la femme de leur rêve.

 

 

Posté par jpsb à 10:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]